mercredi, février 28L'actualité des entrepreneurs

"Venise du Nord", Bruges cherche la parade face au surtourisme

Terrasses encombrées au bord des canaux, foule se pressant dans les ruelles pavées, noria des navires de croisière… la petite ville flamande de Bruges cherche la parade à la fréquentation de masse qui exaspère ses habitants, en incitant un tourisme de qualité avec des séjours plus longs.

« On atteint une ligne rouge. Nous n’avons pas besoin de davantage de touristes, on en a assez. Il en faudrait peut-être même un peu moins », se désole Arnout Goegebuer, architecte brugeois de 55 ans réfugié à l’intérieur d’un café.

https://www.challenges.fr/assets/afp/2023/08/05/af497f93-1c5a-4c8c-ba6e-db977c366485.1280x720.mp4
Bruges, joyau de l’ouest de la Belgique classé au Patrimoine mondial de l’Unesco et surnommé la « Venise du Nord », compte 119.000 résidents et accueille chaque année huit millions de visiteurs, la plupart l’été et pour un séjour n’excédant généralement pas une journée.

Pour la ville, l’objectif est de ne pas connaître le sort de Venise, l’Unesco ayant menacé le mois dernier de placer la cité italienne sur sa liste du patrimoine mondial en péril en raison d’un surtourisme extrême.

Pour les habitants de Bruges interrogés par l’AFP, les capacités d’accueil du centre historique sont déjà largement dépassées en période estivale.

S’ils reconnaissent les retombées positives pour l’économie et l’emploi, ils dénoncent un tourisme déséquilibré qui transforme leur ville en musée à ciel ouvert: « Il y a beaucoup de problèmes. Les Brugeois disent que c’est trop, beaucoup trop certains jours », se désole Kurt Van Der Pieter, retraité de 62 ans qui y a toujours vécu.

Le nombre de touristes est revenu aux niveaux d’avant la pandémie de Covid-19, notamment grâce aux bateaux de croisière accostant dans le port voisin de Zeebrugge, et dont les passagers ne passent que quelques heures sur place.

-Hébergement sous tensions –

Ce ras-le-bol des locaux trouve un écho dans un classement établi en août 2022 par le site de location Holidu, concurrent d’Airbnb, qui recensait les destinations européennes les plus fréquentées en nombre de touristes par rapport aux habitants.

Venise, Bruges et l’île grecque de Rhodes y occupaient le deuxième rang à égalité, derrière la ville fortifiée croate de Dubrovnik — submergée par les fans de la série « Game of Thrones » et devenue l’emblème du surtourisme.

L’office du tourisme de Bruges, « VisitBruges », conteste ce classement, affirmant que selon les données de téléphonies mobile il n’y a en moyenne que 131 visiteurs par jour pour 100 habitants.

« Bruges est souvent qualifiée de destination de tourisme de masse, mais ce n’est pas le cas. C’est une idée fausse de parler d’une ville surpeuplée », insiste auprès de l’AFP une porte-parole, Ann Plovie.

« On ne peux nier qu’il y a beaucoup de touristes, mais il faut venir à des périodes différentes, vous verrez la différence », abonde sa collègue Anne De Meerleer.

La municipalité a néanmoins pris acte du déferlement problématique des visiteurs durant l’été, en adoptant en 2019 une stratégie sur cinq ans pour inciter les visiteurs à rester plusieurs nuits, à explorer la région alentour, et à tenter des expériences culturelles et gastronomiques au-delà des selfies et d’une gaufre vite avalée…

« L’objectif n’est pas d’attirer plus de visiteurs: ce n’est pas le volume qui compte, mais le type de visiteurs que nous recevons », explique Mme De Meerleer, en guidant un visiteur vers des recoins pittoresques du vieux centre, magnifiques mais quasi-vides… à quelques rues de l’incontournable Grand-Place.

Après l’effondrement du tourisme en 2021-2022 pendant la pandémie, le centre-ville de Bruges connaît de nouveau de vives tensions sur l’hébergement touristique, d’autant que les immeubles ne peuvent plus être convertis en hôtels pour éviter d’évincer les habitants.

Contrairement à d’autres villes touristiques européennes, Bruges n’a pas interdit l’accès du centre historique aux voitures, bien que la gare soit à quelques minutes: dans les rues, les plaques d’immatriculation sont un kaléidoscope de toute l’Europe.

« Je ne pensais pas qu’il y aurait autant de monde », observe Lee Hotae, un touriste sud-coréen, admirant une façade ancienne lors d’une visite guidée. Ross Henderson, visiteur écossais de 43 ans, relativise: « Ce n’est pas si bondé. C’est comme visiter un endroit aussi beau qu’Amsterdam, Florence ou Venise, mais moins envahi ».

Diego Rodriguez, Vénézuélien de 41 ans, trouve la fréquentation acceptable « d’autant plus que nous sommes pendant les vacances d’été ». Il avait découvert la ville au printemps dernier « bien plus vide: il faisait plus froid, et les gens n’étaient pas en vacances ».

source

Vous pourriez également aimer ceci :

Climat: TotalEnergies visé par une plainte au pénal pour des projets pétroliers en Tanzanie et Ouganda

TotalEnergies de nouveau dans le viseur des associations pour "climaticide": quatre associations de défense de l'environnement ont déposé plainte contre le groupe et...

Zouari négocie le contrôle de Picard en 2024

Moez-Alexandre Zouari n'a pas dit son dernier mot. Ancien candidat à la reprise de Casino au sein du véhicule 3F avec Xavier Niel et Matthieu Pigasse, l'actionnaire ma...

Discrétion et trublions: cinq choses à retenir de la Paris Fashion week

Si la sobriété est le mot d'ordre de la Fashion week parisienne, quelques attitudes et détails viennent troubler cette fête de bienséance qui s'achève mardi: - ...

Allemagne: la récession en 2023 sera plus forte que prévu

Les principaux instituts de conjoncture allemands ont nettement abaissé jeudi leur prévision pour 2023, le Produit intérieur brut de la première économie européen...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *