samedi, février 24L'actualité des entrepreneurs

Sao Paulo, capitale économique du Brésil, perturbée par une grève des transports

Sao Paulo, capitale économique du Brésil et plus grande métropole d’Amérique latine, était affectée mardi par une grève des transports, déclenchée pour protester contre un programme de privatisations du gouvernement conservateur de cet Etat.

Les syndicats du métro et du rail ont appelé à ce mouvement social pour dénoncer un projet de loi, présenté à l’Assemblée législative de l’Etat, qui veut privatiser l’entreprise publique de traitement des eaux (Sabesp) et ouvrir au privé le secteur des transports.

Il s’agit de la troisième grève des transports cette année à Sao Paulo, mégalopole aux 11,4 millions d’habitants.

Des personnes font la queue pour monter dans un bus lors d’une grève des transports, le 28 novembre 2023 à Sao Paulo, au Brésil (AFP – Nelson ALMEIDA)

Le bras-de-fer a une résonance nationale en raison du poids économique de la région de Sao Paulo mais aussi parce que le gouverneur Tarcisio de Freitas, élu en octobre 2022, est l’un des hommes forts de la droite brésilienne.

Ministre des Infrastructures sous le président d’extrême droite Jair Bolsonaro (2019-2022), il est régulièrement cité comme un présidentiable pour le prochain scrutin en 2026, dont sera privé M. Bolsonaro, condamné en juin à huit ans d’inéligibilité.

Les perturbations de mardi affectent totalement ou partiellement plusieurs lignes de métro et de train, tandis que les transports opérés par le secteur privé fonctionnent normalement.

Les bus qui circulaient étaient mardi pleins à craquer. « C’est la galère! Je marche dans les rues depuis 5 heures du matin à la recherche d’un bus pour aller au travail », a déclaré à l’AFP Richard Pencov, un coiffeur de 30 ans.

Embouteillage sur une autoroute de Sao Paulo lors d’une grève des transports, le 28 novembre 2023 au Brésil (AFP – Nelson ALMEIDA)

« Les privatisations ne vont pas s’arrêter, ça ne sert à rien de faire grève. Nous allons continuer parce que nous l’avons promis », a prévenu le gouverneur.

M. Freitas a souligné que le gouvernement régional a formellement averti les travailleurs des transports de possibles sanctions pour non-respect du service minimum, en s’appuyant sur une décision de justice.

source

Vous pourriez également aimer ceci :

Face au ralentissement de la croissance, Spotify supprime un emploi sur six

Le numéro mondial des plateformes audio Spotify a annoncé lundi une réduction de ses effectifs d'"environ 17%", soit quelque 1.500 personnes, afin de réduire ses co...

La Bourse de Paris débute la semaine dans le calme

La Bourse de Paris a ouvert en baisse de 0,20% lundi, reprenant son souffle après un mois de novembre de nets gains, en attendant la publication de plusieurs indicateu...

Concurrence: l'IA est un potentiel "musée des horreurs", selon l'antitrust français

"L'intelligence artificielle a le potentiel de devenir le musée des horreurs de l'antitrust si on ne fait rien", a déclaré jeudi Benoit Coeuré, le président de l'A...

Wall Street conclut en ordre dispersé son meilleur mois de l'année

La Bourse de New York a conclu en ordre dispersé jeudi la dernière séance de novembre, le meilleur mois de l'année jusqu'ici pour les indices. L'indice Dow Jones a...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *