mercredi, février 28L'actualité des entrepreneurs

Pourquoi Fitch a enlevé sa notation AAA aux États-Unis

Coup dur pour la Maison Blanche. Les Etats-Unis ont perdu mardi 2 août leur précieuse notation AAA, une première depuis 2011, l’agence Fitch l’ayant dégradée d’un cran, à AA+, accusant notamment les crises politiques à répétition sur le plafond de la dette d’avoir érodé la gouvernance du pays.

S&P avait été la première à priver les Etats-Unis du « triple A » en 2011, et n’a depuis pas relevé la note, restée à AA+. Seule l’agence Moody’s attribue toujours, à ce stade, la meilleure note de crédit à la dette de la première économie du monde.

Le spectre du défaut de paiement

Fitch a justifié sa décision en premier lieu par les conséquences des « impasses répétées sur le plafond de la dette », soulignant que ces « affrontements politiques (…) et les résolutions de dernière minute ont érodé la confiance dans la gestion budgétaire ».

A intervalles réguliers, le plafond de la dette nécessite d’être relevé par le Congrès pour que le pays échappe au défaut de paiement. Cette procédure est devenue l’objet d’une intense bataille politique à répétition. Ainsi, début juin, l’administration du président démocrate Joe Biden et l’opposition républicaine avaient trouvé un accord in extremis. Pourtant, au-delà de cet accord, « il y a eu une détérioration constante des normes de gouvernance au cours des 20 dernières années, y compris en matière budgétaire et de dette », a déploré Fitch.

Sa décision, inattendue et inédite depuis plus de 10 ans au sein des trois principales agences de notation, ne semblait cependant pas inquiéter les analystes interrogés mardi soir par l’AFP. « Je ne m’attends pas à ce que la dégradation ait un impact durable sur le marché », a ainsi commenté John Canavan, d’Oxford Economics, qui n’anticipe pas de « volatilité majeure » à l’ouverture des marchés américains mercredi matin.

A court terme, néanmoins, cela « pourrait conduire certains investisseurs à réduire leur exposition au Trésor », relève pour sa part Mickey Levy, de Berenberg. Mais à plus long terme, il ne voit « aucune implication sérieuse. Je pense que tout le monde est tout à fait conscient de la situation de la dette croissante ». Une situation qui se vérifie du côté français, alors que Fitch avait dégradé la notation de la France en avril dernier, passant de AA à AA-, les taux d’intérêt auxquels emprunte la France ont peu bougé.

Lire aussiNotation de S&P : une influence pas si grande sur le coût de la dette française (857429)

L’administration Biden « désapprouve »

Mais la décision laisse un goût amer outre-Atlantique. « Nous désapprouvons fortement cette décision », a réagi la porte-parole de la Maison Blanche, Karine Jean-Pierre, dans un communiqué, accusant l’administration du précédent président des Etats-Unis, le républicain Donald Trump, d’avoir conduit à une dégradation des critères pris en compte par Fitch pour établir ses notes. « Il va à l’encontre de la réalité de dégrader les États-Unis à un moment où le président Biden a réalisé la plus forte reprise de toutes les grandes économies du monde », a-t-elle ajouté.

En ligne de mire de l’administration Biden: la réforme fiscale de Donald Trump en 2017, qui avait réduit les impôts des plus riches et ceux des sociétés. Les républicains, de leur côté, accusent régulièrement les démocrates de réaliser des dépenses inconsidérées.

 Manque de cadre budgétaire

Les réductions d’impôts, mais aussi d’importantes dépenses, ont également été pointées du doigt par Fitch dans sa décision, sans cependant cibler une administration spécifiquement. La « détérioration budgétaire attendue au cours des trois prochaines années », ainsi qu' »une charge de la dette publique élevée et croissante », représentent ainsi des risques importants, selon l’agence de notation.

« Le gouvernement ne dispose pas d’un cadre budgétaire à moyen terme (…) et a un processus budgétaire complexe. Ces facteurs, ainsi que plusieurs chocs économiques, des réductions d’impôt et de nouvelles initiatives de dépenses, ont contribué à des augmentations successives de la dette au cours de la dernière décennie », a relevé Fitch. « En outre, seuls des progrès limités ont été réalisés pour relever les défis à moyen terme liés à l’augmentation des coûts du régime de retraite et de l’assurance-maladie en raison du vieillissement de la population », a encore souligné l’agence de notation.

Fitch avait averti, fin mai, qu’elle pourrait dégrader la note des Etats-Unis, en raison du risque de défaut de paiement. La perspective, elle, passe de négative à stable, ce qui signifie que Fitch n’anticipe pas de nouvelle dégradation à court terme. Joe Biden va pouvoir souffler un peu.

(Avec AFP)

source

Vous pourriez également aimer ceci :

La Bourse de Paris tente un rebond

La Bourse de Paris rebondissait légèrement de 0,39% mercredi, après quatre séances de baisse enregistrées dans le sillage de l'ascension des taux d'intérêt à de...

Wall Street volatile en début de séance, les taux obligataires continuent à grimper

La Bourse de New York évoluait légèrement dans le vert jeudi après une ouverture en baisse, toujours sous le joug de l'irrésistible ascension des taux obligataires...

Crédit immobilier: les règles d'octroi maintenues au désespoir des courtiers

C'est une décision qui risque de décevoir beaucoup d'acteurs de l'immobilier, et notamment les courtiers: les autorités ont refusé d'assouplir les règles encadrant...

Le chausseur Minelli placé en redressement judiciaire

Le tribunal de commerce de Marseille a placé jeudi Minelli en redressement judiciaire afin de "préparer la cession (du chausseur) à un nouvel actionnaire pour garant...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *