mercredi, février 28L'actualité des entrepreneurs

Macron peut-il encore rassurer le Medef ?

Elisabeth Borne (Matignon), Olivier Dussopt (Travail), Clément Beaune (Transports), Bruno Le Maire (Economie et Finances), Agnès Pannier-Runacher (Transition énergétique), Thomas Cazenave (Comptes publics)… Pas moins d’une dizaine de membres du gouvernement sont attendus à Longchamp. Ils seront devancés par le chef de l’Etat Emmanuel Macron, qui inaugurera lundi après-midi la grand-messe estivale du patronat par un message vidéo. Une prise de parole dont le président de la République s’était abstenu ces dernières années.

Lire aussiCe qu’il fallait retenir de l’interview de rentrée d’Elisabeth Borne

Son intervention pré-enregistrée sera sans doute l’occasion de réaffirmer au monde des affaires que le gouvernement, en quête d’économies pour boucler son prochain budget, ne déviera « pas d’un pouce » de la politique favorable aux entreprises menée depuis 2017, comme promis jeudi par Bruno Le Maire. Réel ou surjoué, le doute s’est instillé dans l’esprit des patrons après que le gouvernement a décidé d’étaler jusqu’en 2027 la suppression de la Cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE), un impôt initialement censé disparaître intégralement en 2024. Elu en juillet à la présidence du Medef, Patrick Martin a ainsi souligné dimanche dans Le Figaro combien l' »instabilité fiscale » était « l’ennemie des entreprises ». »Quand un engagement est pris et annoncé, il est impératif qu’il soit respecté », avait averti dès mardi le secrétaire général de la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) Jean-Eudes du Mesnil du Buisson, appelant à chercher plutôt des économies dans la fonction publique.

Les 4 milliards de CVAE restant à supprimer « ne représentent que 0,4% de la dépense publique. Qu’on ne nous fasse pas croire qu’on ne peut pas trouver ailleurs cette économie », tonne Patrick Martin. « Je le redirai dans une attitude constructive à la Première ministre », a promis le numéro 1 du Medef, qui doit s’exprimer lundi juste avant la cheffe du gouvernement. Outre les sujets fiscaux, Patrick Martin devrait parler dans son discours de transition écologique, de réindustrialisation et de dialogue social autonome entre syndicats et patronat, indique son entourage.

Demain ne meurt jamais

Depuis Tourcoing (Nord), Elisabeth Borne a pour sa part affirmé dimanche que « des temps partiels subis aux métiers mal payés, en passant par les progressions de carrière et la lutte contre les discriminations, nous attendons beaucoup des entreprises. » Un an après sa première intervention à la REF dans ses fonctions de Première ministre – un appel à la sobriété énergétique accueilli sans enthousiasme par l’auditoire – la cheffe du gouvernement doit rester lundi une trentaine de minutes sur scène, où elle répondra d’abord aux questions du journaliste Christophe Jakubyszyn avant d’adresser un court discours aux patrons. En attendant les arbitrages du gouvernement pour le budget 2024, attendus fin septembre, les 150 orateurs annoncés débattront de sujets variés: transition énergétique, avenir des transports, rôle de l’Etat dans l’économie mais aussi droits des femmes, système éducatif, intelligence artificielle et même avenir des religions. La directrice générale de Veolia Estelle Brachlianoff, la PDG de Suez Sabrina Soussan et celui de Système U Dominique Schelcher s’interrogeront lundi sur la possibilité de concilier croissance et sobriété, aux côtés de l’économiste Patrick Artus et de l’expert du climat Jean-Marc Jancovici.

Le lendemain, les dirigeants de TotalEnergies Patrick Pouyanné et d’EDF Luc Rémont plancheront sur la manière de « soutenir la croissance sans dégrader le climat »ah, avec le climatologue Jean Jouzel et Agnès Pannier-Runacher. En dépit des chocs et des crises, « pour les entrepreneurs, demain ne meurt jamais », selon l’intitulé de l’édition 2023 de la REF, qui reprend le titre d’un opus de la série de films de James Bond. Sur les deux jours de l’évènement, un peu plus de 10.000 personnes sont attendues par les organisateurs. Une affluence qui, si elle se confirmait, serait légèrement supérieure à celle de 2022.

source

Vous pourriez également aimer ceci :

Le soleil brille sur l'énergie albanaise

La terre est salée, le soleil tape, et dans quelques semaines les 234.828 panneaux solaires de la centrale de Karavasta seront branchés au circuit électrique. Et l'A...

Les éleveurs du Sud-Ouest inquiets face à la maladie hémorragique épizootique

Inquiets mais pas "affolés", des éleveurs du sud-ouest de la France demandent du soutien à l'Etat face à l'avancée de la maladie hémorragique épizootique (MHE), ...

La SNCF et Alstom poursuivent les essais du TGV nouvelle génération

Le futur TGV M, cinquième génération des trains à grande vitesse conçue par Alstom pour la SNCF, qui pourra transporter davantage de voyageurs en consommant moins ...

Au Luxembourg, l'apprentissage douloureux d'une agriculture sans glyphosate

Sans glyphosate, "c'est beaucoup plus de travail et d'énergie": dans ses vignes, le Luxembourgeois Roger Demuth a dû abandonner pendant deux ans l'herbicide controver...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *