mercredi, mai 29L'actualité des entrepreneurs

Le chef de l'ONU appelle à une réponse "unie" et "globale" face aux dangers de l'IA

Le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres a appelé jeudi à une réponse « unie, durable et globale » face aux risques liés à l’essor fulgurant de l’intelligence artificielle, lors d’un sommet au Royaume-Uni organisé face à l’urgence à agir.

Lors de cet événement organisé à Bletchley Park, près de Londres, Antonio Guterres a estimé que « les principes de gouvernance de l’IA devraient être fondés sur la Charte des Nations Unies et la Déclaration universelle des droits humains ».

Une centaine d’experts, chefs d’entreprise et dirigeants politiques triés sur le volet comme la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, la vice-présidente américaine Kamala Harris ou encore la Première ministre italienne Giorgia Meloni se sont penchés pendant deux jours sur les dangers suscités par les progrès exponentiels de l’IA.

En clôture du sommet, organisé dans l’emblématique centre de décryptage des codes de la Seconde Guerre mondiale, il a également annoncé jeudi un accord entre gouvernements et entreprises pour « travailler ensemble sur la sécurité des nouveaux modèles d’IA avant leur lancement ».

Ces modèles d’IA avancés pourront être testés et évalués dans des instituts de recherche, que le Royaume-Uni et les Etats-Unis ont dit vouloir créer.

Le Premier ministre britannique a estimé que les « réussites » de ce sommet vont « faire pencher la balance en faveur de l’Humanité, car elles montrent que nous avons à la fois la volonté politique et la capacité de contrôler cette technologie et assurer ses bénéfices pour le long terme ».

Citant le physicien Stephen Hawking, qui estimait que l’IA pouvait être « la meilleure ou la pire chose qui puisse arriver à l’Humanité », Rishi Sunak a fait part de sa conviction que « ça puisse être pour le meilleur », si la collaboration qui s’est amorcée se poursuit.

Les participants se sont en outre accordés pour confier au chercheur canadien Yoshua Bengio, figure du secteur et lauréat du prix Turing en 2019, le premier rapport sur « l’état de la science ».

Celui-ci devra effectuer une évaluation scientifique des recherches existantes et des risques et possibilités de l’IA, puis fixer les priorités pour éclairer de futurs travaux sur la sécurité de cette technologie de pointe.

– Craintes avant les élections –

La Chine, dont la présence avait causé des remous en raison des tensions géopolitiques et des craintes d’espionnage technologique, n’a pas été conviée aux discussions de ce deuxième jour du sommet, au format plus resserré.

Devant un « petit groupe de hauts représentants de gouvernements partageant les mêmes idées », comme la France, le Canada ou le Japon, la vice-présidente américaine Kamala Harris a souligné les efforts des Etats-Unis pour « établir des normes et des outils permettant de distinguer les contenus numériques authentiques produits par le gouvernement des contenus générés ou manipulés par l’IA », a indiqué la Maison Blanche.

A quelques mois d’élections comme la présidentielle américaine ou les législatives britanniques, les IA génératives font craindre un déferlement de faux contenus en ligne, avec des montages perfectionnés (« deepfake ») de plus en plus crédibles.

Ces technologies capables de produire texte, sons ou images sur simple requête en une poignée de secondes, comme le robot conversationnel ChatGPT, ont fait des progrès exponentiels ces dernières années, et les prochaines générations d’IA génératives feront leur apparition d’ici l’été.

Elles suscitent d’immenses espoirs pour la médecine ou l’éducation, mais pourraient aussi déstabiliser les sociétés, permettre de fabriquer des armes ou échapper au contrôle des humains, a averti le gouvernement britannique.

Le sommet coïncidait jeudi avec la sortie d’une nouvelle chanson des Beatles, qui a recouru à l’IA pour extraire la voix de John Lennon d’une maquette.

Pour poursuivre les débats sur la sécurité de l’IA, deux sommets internationaux suivront dans un format virtuel en Corée du Sud dans six mois, puis en personne à Paris dans un an.

Il doit échanger jeudi soir sur le sujet avec Rishi Sunak à Londres, discussion qui sera ensuite diffusée sur X.

L’organisation de cet entretien a suscité des critiques, le milliardaire étant accusé d’avoir favorisé la désinformation sur X depuis sa reprise du réseau social il y a un an.

source

Vous pourriez également aimer ceci :

Face au ralentissement de la croissance, Spotify supprime un emploi sur six

Le numéro mondial des plateformes audio Spotify a annoncé lundi une réduction de ses effectifs d'"environ 17%", soit quelque 1.500 personnes, afin de réduire ses co...

La Bourse de Paris débute la semaine dans le calme

La Bourse de Paris a ouvert en baisse de 0,20% lundi, reprenant son souffle après un mois de novembre de nets gains, en attendant la publication de plusieurs indicateu...

Concurrence: l'IA est un potentiel "musée des horreurs", selon l'antitrust français

"L'intelligence artificielle a le potentiel de devenir le musée des horreurs de l'antitrust si on ne fait rien", a déclaré jeudi Benoit Coeuré, le président de l'A...

Wall Street conclut en ordre dispersé son meilleur mois de l'année

La Bourse de New York a conclu en ordre dispersé jeudi la dernière séance de novembre, le meilleur mois de l'année jusqu'ici pour les indices. L'indice Dow Jones a...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *