mercredi, mai 29L'actualité des entrepreneurs

La fusée Starship atteint l'espace avant d'exploser pour son 2e vol test

SpaceX a fait décoller samedi la plus grande et plus puissante fusée jamais construite, Starship, dont l’étage supérieur a réussi à atteindre l’espace avant qu’une « anomalie » n’entraîne son explosion.

« Starship a décollé avec succès sous la poussée des 33 moteurs Raptor du propulseur Super Heavy et a atteint l’étape de séparation » des deux étages, a écrit SpaceX sur X (anciennement Twitter).

La fusée géante de 120 mètres de haut s’est arrachée du sol peu après 07H00 locales (13H00 GMT) depuis la base de SpaceX à Boca Chica, dans l’extrême sud du Texas.

Le module Starship, placé au sommet de la fusée, s’est séparé avec succès de l’étage de propulsion Super Heavy, mais les deux parties de la fusée n’ont pas survécu jusqu’à leur redescente programmée et ont explosé en vol, selon SpaceX.

La fusée est composée de deux étages: l’étage de propulsion Super Heavy et ses 33 moteurs, et le vaisseau Starship, placé au-dessus et qui donne par extension son nom à la fusée entière. Le premier lancement au printemps s’était terminé en gigantesque explosion, avant la séparation.

Le régulateur aérien américain, la FAA, a indiqué dans un communiqué qu’un « incident » était intervenu lors du vol samedi. « L’anomalie a entraîné la perte de l’engin », ajoute l’agence, qui précise qu’aucune blessure ou autre dégât matériel n’est à déplorer.

« La FAA supervisera l’enquête menée par SpaceX » pour déterminer les causes de l’incident, indique en outre l’agence, qui devra approuver les conclusions de l’enquête et les actions de correction à mener par SpaceX avant d’autoriser tout nouveau lancement de Starship.

– « Succès partiel fantastique » –

Pour Laura Seward Forczyk, analyste du secteur spatial, « ce fut un succès partiel fantastique ». Ce lancement a « dépassé mes attentes », explique-t-elle auprès de l’AFP.

Le deuxième vol d’essai de SpaceX, l’entreprise du milliardaire Elon Musk, est notamment scruté de près par la Nasa, qui compte sur ce vaisseau pour ses missions de retour sur la Lune.

Le patron de l’agence spatiale américaine, Bill Nelson, a adressé ses félicitations à SpaceX samedi pour les « progrès » effectués dans ce lancement, évoquant une « opportunité pour apprendre, puis voler à nouveau ».

Le 20 avril, Starship avait décollé pour la première fois dans sa configuration complète. Mais plusieurs moteurs n’avaient pas fonctionné, et SpaceX avait volontairement fait exploser la fusée au bout de quatre minutes.

Le décollage avait propulsé un nuage de poussière jusqu’à plusieurs kilomètres du pas de tir, lui-même fortement endommagé. Des morceaux de béton avaient été catapultés sous la puissance des moteurs, et un incendie s’était déclenché dans un parc régional voisin.

La FAA avait ouvert une enquête, avant de finalement donner son feu vert mercredi pour un deuxième vol.

Des associations poursuivent toutefois séparément la FAA en justice, accusée d’avoir mal évalué l’impact environnemental de la nouvelle fusée.

– Réutilisable –

Pour SpaceX, l’explosion de prototypes est moins problématique en matière d’image qu’elle ne le serait pour la Nasa et ses fonds publics, selon les experts. Enchaîner les tests à brefs intervalles lui permet ainsi d’accélérer le développement de ses engins.

Le développement de Starship ne semble malgré tout pas assez rapide pour cadrer avec les plans de la Nasa, qui a passé contrat avec SpaceX. Une version modifiée de l’engin doit servir d’alunisseur afin de déposer, pour la première fois depuis 1972, des astronautes sur la surface lunaire.

Cette mission, nommée Artémis 3, est officiellement prévue en 2025 — une date qui semble de fait de plus en plus irréaliste.

Au-delà de la Lune, Elon Musk souhaite faire de Starship « un moyen de transport généralisé vers n’importe quelle destination dans le système solaire », notamment Mars.

Son but est l’établissement d’une colonie autonome sur la planète rouge, afin de faire de l’humanité une espèce multiplanétaire.

Mais la véritable innovation de Starship est qu’elle doit être entièrement réutilisable, les deux étages étant conçus pour à terme revenir se poser sur leur pas de tir — réduisant ainsi les coûts. Seul le premier étage de la fusée Falcon 9 de SpaceX est actuellement récupéré.

Starship est à la fois plus grande que la nouvelle méga-fusée de la Nasa, SLS (98 m), qui s’est envolée pour la première fois il y a un an, et que la légendaire Saturn V, la fusée du programme lunaire Apollo (111 m).

La poussée au décollage de Starship est aussi environ deux fois plus puissante que ces deux lanceurs.

source

Vous pourriez également aimer ceci :

Face au ralentissement de la croissance, Spotify supprime un emploi sur six

Le numéro mondial des plateformes audio Spotify a annoncé lundi une réduction de ses effectifs d'"environ 17%", soit quelque 1.500 personnes, afin de réduire ses co...

La Bourse de Paris débute la semaine dans le calme

La Bourse de Paris a ouvert en baisse de 0,20% lundi, reprenant son souffle après un mois de novembre de nets gains, en attendant la publication de plusieurs indicateu...

Concurrence: l'IA est un potentiel "musée des horreurs", selon l'antitrust français

"L'intelligence artificielle a le potentiel de devenir le musée des horreurs de l'antitrust si on ne fait rien", a déclaré jeudi Benoit Coeuré, le président de l'A...

Wall Street conclut en ordre dispersé son meilleur mois de l'année

La Bourse de New York a conclu en ordre dispersé jeudi la dernière séance de novembre, le meilleur mois de l'année jusqu'ici pour les indices. L'indice Dow Jones a...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *