mercredi, mai 29L'actualité des entrepreneurs

La Bourse de Paris vers une septième séance de baisse consécutive

La Bourse de Paris recule de 0,24% jeudi dans les premiers échanges et se dirige vers sa septième séance de baisse d’affilée, une première depuis février 2022, braquée par la remontée des cours du pétrole et la faiblesse de la conjoncture économique.

L’indice vedette CAC 40 reculait de 17,11 points à 7.176,98 points vers 09H20. Mercredi, il avait cédé 0,84%, plombé par les valeurs du luxe.

La Bourse de New York a terminé dans le rouge mercredi, dans un marché sans entrain, marqué par des prises de bénéfice et avec en toile de fond le spectre de l’inflation: le Dow Jones a perdu 0,57% et le Nasdaq 1,06%.

Partout où les investisseurs regardent, les tensions sont présentes. En Europe, au ralentissement économique s’ajoute la remontée des prix des matières premières, qui fait peser un risque de reprise de l’inflation.

Aux Etats-Unis à l’inverse, les perspectives économiques sont si bonnes que cela en devient « inconfortable » pour les investisseurs selon Ipek Ozkardeskaya, analyste de Swissquote: l’indicateur des services ISM de mercredi est resté à un niveau solide, et la composante des prix a augmenté plus que prévu, ravivant les craintes qu’elle se traduise par un nouvel emballement des prix.

Ces éléments se traduisent aussi sur le marché obligataire par la remontée des taux des emprunts des Etats, qui se rapprochent de leur plus haut de l’année, atteint en août.

En France, le déficit commercial sur les échanges de biens s’est stabilisé à 7,8 milliards d’euros en juillet, après avoir atteint 7,7 milliards en juin, ont indiqué les douanes jeudi.

En Chine, les exportations se sont de nouveau repliées en août, dernier signe d’une longue série d’indicateurs traduisant un ralentissement dans la deuxième économie mondiale, mais le gouvernement résiste toujours à l’idée d’un plan de relance.

Scor veut améliorer sa « valeur d’entreprises »

Le réassureur Scor (+2,79% à 29,08 euros) veut faire croître sa « valeur économique » de 9% par an jusqu’à 2026, selon un plan stratégique attendu de longue date et publié jeudi.

La valeur économique du groupe prend en compte la somme des fonds propres et les profits futurs attendus.

source

Vous pourriez également aimer ceci :

Pierre-Olivier Gourinchas (FMI): "L'économie boite mais n'a pas été terrassée"

Challenges - Comment expliquer la persistance d’une forme d’optimisme dans les perspectives économiques mondiales que vous venez de présenter ? Pierre-Olivier ...

Italie: Giorgia Meloni dévoile son budget sous l'oeil vigilant des marchés

Il y a un an, la Première ministre italienne Giorgia Meloni surprenait avec un budget marqué par une extrême prudence, dans le droit fil de son prédécesseur Mario ...

Fraude au travail détaché: condamnation confirmée en France pour une société espagnole

La cour d'appel de Nîmes a confirmé jeudi une amende de 375.000 euros infligée à la société espagnole Terra Fecundis, qui envoyait des travailleurs majoritairemen...

Tous les vols suspendus à l'aéroport londonien de Luton en raison d'un important incendie

L'aéroport londonien de Luton a suspendu tous ses vols jusqu'à la mi-journée mercredi en raison d'un important incendie qui a provoqué l'effondrement partiel d'un d...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *