mercredi, mai 29L'actualité des entrepreneurs

La Bourse de Paris recule entraînée par le repli de LVMH

La Bourse de Paris recule dans les premiers échanges mardi, en partie lestée par le repli de LVMH, poids lourd de la cote parisienne, et sans rendez-vous macroéconomique majeur.

L’indice vedette CAC 40 cédait 0,19%, soit 13,88 points à 7.233,05 points vers 10H10. Lundi, il a clôturé en hausse de 0,18%, à 7.242,40 points, au plus haut depuis le 20 septembre.

Le recul de 1,23% à 708,90 euros du géant du luxe LVMH, après que la banque suisse UBS a abaissé sa recommandation d’achat du titre à « neutre », pesait sur le CAC 40.

Les analystes d’Oddo BHF réajustent eux aussi leurs prévisions sur LVMH, estimant qu’après un troisième trimestre « qui a montré une décélération visible de la croissance, tant chez LVMH que pour le secteur du luxe dans son ensemble », il n’y a pas lieu de « tabler à ce stade sur une amélioration de la situation générale » au quatrième trimestre, selon une note.

« Si nous restons prudents sur la perspective d’ensemble du secteur, nous pensons que la position relative du groupe reste plus favorable que la moyenne au vu de la solidité de ses marques phares (Louis Vuitton, Dior, Sephora pour ne citer que les plus importantes) », complète Oddo BHF.

Dans le même secteur, Kering reculait de 0,66% à 400,55 euros et Hermès prenait 0,32% à 1.947,80 euros.

Sur le plan macroéconomique, aucun rendez-vous majeur n’est à l’agenda. Les investisseurs attendent dans le calme la publication des « minutes de la Fed », qui est le compte-rendu de la dernière réunion de l’institution monétaire américaine.

Les regards seront aussi tournés vers le géant américain de la technologie, Nvidia, très prisé par le secteur de l’intelligence artificielle.

Le secteur auto en baisse

Sur les dix premiers mois de l’année, le marché a crû de façon substantielle (16,7%), totalisant près de neuf millions d’unités. Mais il reste encore loin des volumes enregistrés avant le Covid-19 qui a désorganisé les chaînes d’approvisionnement, notamment des puces électroniques, selon les statistiques du secteur publiées mardi.

Sur la cote parisienne, Renault reculait de 0,91% à 35,22 euros, Stellantis lâchait 0,61% à 18,77 euros, Forvia 0,37% à 17,47 euros et Valeo 0,92% à 13,41 euros.

source

Vous pourriez également aimer ceci :

Face au ralentissement de la croissance, Spotify supprime un emploi sur six

Le numéro mondial des plateformes audio Spotify a annoncé lundi une réduction de ses effectifs d'"environ 17%", soit quelque 1.500 personnes, afin de réduire ses co...

La Bourse de Paris débute la semaine dans le calme

La Bourse de Paris a ouvert en baisse de 0,20% lundi, reprenant son souffle après un mois de novembre de nets gains, en attendant la publication de plusieurs indicateu...

Concurrence: l'IA est un potentiel "musée des horreurs", selon l'antitrust français

"L'intelligence artificielle a le potentiel de devenir le musée des horreurs de l'antitrust si on ne fait rien", a déclaré jeudi Benoit Coeuré, le président de l'A...

Wall Street conclut en ordre dispersé son meilleur mois de l'année

La Bourse de New York a conclu en ordre dispersé jeudi la dernière séance de novembre, le meilleur mois de l'année jusqu'ici pour les indices. L'indice Dow Jones a...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *