mercredi, février 28L'actualité des entrepreneurs

La Bourse de Paris clôture la semaine en petite hausse

La Bourse de Paris a clôturé en hausse de 0,15% vendredi, rythmée par les résultats d’entreprises a l’issue d’une semaine durant laquelle le marché a retenu que les hausses de taux des banques centrales approchaient de leur fin.

L’indice vedette CAC 40 a gagné quelque 11,23 points, à 7.476,47 points. Jeudi, il avait connu sa plus forte progression depuis début janvier (+2,05%).

« Vendredi, la Bourse de Paris consolide ses gains de la veille », commente Xavier Girard, de Milleis Banque.

Sur la semaine, le CAC 40 a avancé de 0,59%.

« La semaine a été dense, avec d’un côté les banques centrales et les indicateurs d’inflation » et « tout va bien », résume Xavier Girard, les anticipations des marchés ayant été confirmées.

L’indicateur américain PCE, mesure d’inflation favorite de la banque centrale américaine, « confirme le ralentissement de l’inflation et conforte davantage l’idée que les hausses de taux opérées par les banques centrales sont derrière nous, aux États-Unis comme en Europe », poursuit l’analyste.

Dans le détail, l’indice des prix à la consommation des ménages au mois de juin est ressorti à 4,1% sur un an glissant, en décélération par rapport aux 4,6% du mois précédent et en dessous des attentes des économistes, qui anticipaient 4,2%. Un excellente nouvelle de plus.

Par ailleurs, à Paris, « 34 sociétés sur 40 ont publié leurs résultats » cette semaine et ont offert « des performances contrastées », note Xavier Girard.

Bouygues a réalisé au premier semestre un bénéfice net en hausse de 53% à 225 millions d’euros et a été félicité à la Bourse de Paris, le groupe a clôturé en hausse de 4,11% à 33,21 euros, marquant la plus forte progression du CAC 40.

Hermès, qui a détonné avec des résultats en forte croissance, a pris 3,94% à 2.011,50 euros et volé la vedette aux autres valeurs du secteur. LVMH a terminé à +0,11% à 841,20 euros et Kering a lâché 1,15% à 531,20 euros après une baisse de son bénéfice net.

Capgemini a en revanche été sanctionné après des perspectives jugées trop timorées. Le groupe, qui prévoit d’investir deux milliards d’euros sur les trois prochaines années dans l’intelligence artificielle, a lâché 7,02% à 167,00 euros.

Le fabricant franco-italien de composants électroniques STMicroelectronics a reculé de 4,09% à 48,40 euros vendredi.

En pleine restructuration, le groupe informatique français Atos a enregistré une perte nette de 600 millions d’euros au premier semestre, selon ses résultats publiés vendredi, et annoncé la vente de 400 millions d’euros d’actifs supplémentaires. Son cours a chuté de plus de 22% à 11,30 euros.

Le groupe TF1 a bondi de 11,52% à 7,36 euros après avoir annoncé jeudi soir un plan devant lui permettre d’économiser plus de 40 millions d’euros à partir de 2025. Pour le second semestre, le groupe espère voir le marché publicitaire revenir progressivement au niveau de 2022.

source

Vous pourriez également aimer ceci :

La Bourse de Paris termine au plus bas depuis mars

La Bourse de Paris a clôturé stable (-0,03%) mercredi, mais atterrit à son plus bas niveau depuis fin mars, peu aidée par la remonté des prix du pétrole dans un c...

Compte à rebours à Washington pour éviter la paralysie des services publics

Les Etats-Unis pourront-ils payer leurs fonctionnaires la semaine prochaine? La première économie du monde fait de nouveau face à la menace d'une paralysie de son ad...

La Bourse de Paris démarre la semaine sans entrain

La Bourse de Paris évolue autour de l'équilibre (+0,06%) lundi, circonspecte après les messages fermes envoyés par des banquiers centraux américains, qui renforcen...

La BCE veut maîtriser l'inflation, au détriment de la croissance s'il le faut

"Avons-nous aussi dans notre esprit quelle douleur cela inflige, quelle souffrance il y a? Oui, c'est dans nos pensées." Devant le parlement européen ce lundi 25 septem...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *