mercredi, février 28L'actualité des entrepreneurs

La Banque d'Angleterre remonte ses taux une 14e fois et s'inquiète de l'inflation persistante

La Banque d’Angleterre a relevé ses taux de 0,25 point de pourcentage jeudi, à un sommet depuis début 2008 à 5,25%, pour lutter contre une inflation qu’elle prévoit plus persistante, malgré son recul sur les derniers mois.

« Certains indicateurs cruciaux, notamment les hausses de salaire, suggèrent que des pressions inflationnistes plus persistantes se matérialisent. Le Comité (de politique monétaire, ou MPC) a décidé lors de cette réunion de monter ses taux » pour la 14e fois consécutive, justifie la banque centrale dans les minutes de sa réunion.

La Banque d’Angleterre opte pour une hausse de même ampleur que celles de la Réserve fédérale américaine (Fed) et de la Banque centrale européenne (BCE) fin juillet, même si l’autorité monétaire britannique revoit légèrement à la hausse ses prévisions d’inflation à plus long terme: à 2,5% en 2024 et à 1,5% en 2025.

Selon les dernières données disponibles, l’inflation reste à 7,9% sur un an en juin au Royaume-Uni, la plus élevée des pays riches du G7 malgré un ralentissement marqué, alimentant une crise du coût de la vie outre-Manche.

« L’inflation recule et c’est une bonne nouvelle. Nous savons que l’inflation affecte le plus directement les moins riches et nous devons nous assurer qu’elle reflue à notre objectif de 2% », résume le patron de la BoE Andrew Bailey dans un communiqué.

Les prix des biens et des matières premières, notamment de l’énergie, ont fait s’envoler l’inflation après les chocs successifs du Brexit, du Covid-19 puis de l’invasion russe de l’Ukraine, mais c’est désormais l’inflation générée au sein même du Royaume-Uni qui inquiète la banque centrale.

Critiquée pour avoir sous-estimé l’ampleur de ces chocs, la BoE assure avoir revu ses projections par rapport à son dernier rapport en mai pour « intégrer certains des risques à la hausse pour l’inflation, sur les prix locaux et les salaires ».

La banque centrale assume « une politique monétaire restrictive », qui pèse sur la croissance, et promet que « le MPC s’assurera que le taux bancaire restera suffisamment restrictif assez longtemps » pour faire flancher l’inflation.

« Notre politique commence à avoir un effet. Etant donné les délais dans la transmission de la politique économique à l’économie réelle, il n’est pas surprenant que cela ait pris du temps », a expliqué M. Bailey lors d’une conférence de presse.

– Récession frôlée –

Ce poids sur l’économie ne devrait pas faire plonger le Royaume-Uni dans la récession, estime la BoE, mais la banque centrale prévoit désormais une croissance atone de 0,5% en 2024 et de 0,25% en 2025, moins bien que ses projections déjà moroses de mai (à 0,75% en 2024 et 0,75% en 2025).

Les hausses des taux minent en effet le pouvoir d’emprunt des ménages comme des entreprises. Et les emprunts immobiliers n’étant pas fixés sur le long terme au Royaume-Uni, de nombreux propriétaires voient leurs taux grimper.

Le Premier ministre Rishi Sunak, qui avait promis à son arrivée au pouvoir de diviser par deux l’inflation, alors à deux chiffres, soutient la banque centrale dans son action.

« Mais cela ne signifie pas que c’est facile pour les familles confrontées à des mensualités plus élevées sur leurs prêts immobiliers, nous continuerons donc à faire ce que nous pouvons pour aider les ménages », a assuré jeudi le ministre des Finances, Jeremy Hunt, dans un communiqué. Opposition et syndicats accusent cependant la majorité conservatrice de ne pas avoir fait assez pour lutter contre la crise du coût de la vie.

La stratégie de la banque centrale divise au sein même du MPC: deux de ses neuf membres souhaitaient remonter les taux de 0,5 point de pourcentage, et un votant voulait laisser les taux inchangés pour éviter de plomber l’économie.

La banque centrale n’a pas amendé son message et prévient toujours que, « s’il y a des preuves de pressions inflationnistes persistantes, plus de resserrement de la politique monétaire serait nécessaire ».

Sur le marché des changes, la livre restait en berne jeudi, certains investisseurs ayant espéré un message plus clair de la BoE.

« Les nouvelles prévisions de la BoE suggèrent que plus de hausses sont probable, mais que le sommet approche », résume Samuel Tombs, analyste chez Pantheon MacroEconomics.

source

Vous pourriez également aimer ceci :

Climat: TotalEnergies visé par une plainte au pénal pour des projets pétroliers en Tanzanie et Ouganda

TotalEnergies de nouveau dans le viseur des associations pour "climaticide": quatre associations de défense de l'environnement ont déposé plainte contre le groupe et...

Zouari négocie le contrôle de Picard en 2024

Moez-Alexandre Zouari n'a pas dit son dernier mot. Ancien candidat à la reprise de Casino au sein du véhicule 3F avec Xavier Niel et Matthieu Pigasse, l'actionnaire ma...

Discrétion et trublions: cinq choses à retenir de la Paris Fashion week

Si la sobriété est le mot d'ordre de la Fashion week parisienne, quelques attitudes et détails viennent troubler cette fête de bienséance qui s'achève mardi: - ...

Allemagne: la récession en 2023 sera plus forte que prévu

Les principaux instituts de conjoncture allemands ont nettement abaissé jeudi leur prévision pour 2023, le Produit intérieur brut de la première économie européen...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *