mercredi, mai 29L'actualité des entrepreneurs

IA: Von der Leyen souhaite un "panel mondial" d'experts, sur le modèle du GIEC

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a plaidé mercredi pour la création d’un « panel mondial » d’experts afin d’évaluer les risques de l’intelligence artificielle pour l’humanité, sur le modèle du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC).

« Des centaines de développeurs, d’universitaires et d’experts de premier plan dans le domaine de l’IA nous ont récemment alertés » sur le risque d’extinction de l’humanité, a rappelé la présidente de l’exécutif européen, dans un discours devant le Parlement européen à Strasbourg.

Réduire ce risque « devrait être une priorité mondiale, au même titre que d’autres risques menaçant la société tout entière, comme les pandémies et la guerre nucléaire », a-t-elle estimé.

L’intelligence artificielle « évolue plus rapidement que ses concepteurs eux-mêmes ne l’avaient prévu. Il nous reste donc peu de temps pour orienter cette technologie de manière responsable », s’est-elle inquiétée, appelant à mettre en place un « nouveau cadre mondial pour l’IA, reposant sur trois piliers: des garde-fous, une gouvernance et l’orientation de l’innovation ».

« Nous devrions œuvrer de concert avec nos partenaires pour avoir tous la même compréhension de l’impact de l’IA dans nos sociétés », a-t-elle dit, citant « la contribution inestimable du GIEC pour le climat, ce panel mondial qui fournit aux décideurs politiques les données scientifiques les plus récentes ».

« Je pense que nous avons besoin d’un organe similaire pour l’IA, en ce qui concerne ses risques et ses avantages pour l’humanité. Cet organisme réunirait des scientifiques, des entreprises technologiques et des experts indépendants. Nous pourrons ainsi élaborer une action rapide et coordonnée au niveau mondial », a déclaré Mme von der Leyen.

La diffusion sur les réseaux sociaux de fausses images, plus vraies que nature, créées à partir d’applications comme Midjourney, a alerté sur les dangers des systèmes d’intelligence artificielle pour la démocratie.

Le potentiel de ces technologies, qui peuvent aussi rédiger des dissertations, composer de la musique ou faciliter des diagnostics médicaux, fascine autant qu’il inquiète.

L’UE espère conclure avant la fin de l’année le premier règlement au monde visant à encadrer ces innovations. Il n’entrera cependant pas en application avant 2026.

La future législation devrait notamment interdire les applications de surveillance de masse des citoyens, et imposer des normes à une liste de services considérés à risque.

Elle fait actuellement l’objet de négociations entre les 27 pays membres de l’UE et le Parlement européen. « Notre législation sur l’IA est déjà un modèle pour le monde entier. Nous devons maintenant adopter les règles dès que possible et passer à leur mise en œuvre », a demandé Mme von der Leyen.

source

Vous pourriez également aimer ceci :

Des candidats pour reprendre Kookaï, une marque française sous pavillon australien

Plusieurs candidats se sont manifestés pour reprendre Kookaï, marque française de prêt-à-porter en redressement judiciaire, qui s'est construite sur l'insolence de...

Les résultats de Tesla plombés par coûts de production et baisses de prix

Le constructeur automobile américain Tesla a dévoilé mercredi des résultats pour le troisième trimestre inférieurs aux attentes des analystes, soulignant que les ...

Le fonds KKR en passe de mettre la main sur le réseau de Telecom Italia

Le fonds d'investissement américain KKR a franchi une des dernières étapes avant de s'emparer du réseau fixe de Telecom Italia, en soumettant lundi une offre ferme ...

A Roanne, la production du canon Caesar passée en "économie de guerre"

Alignés dans un hall de production de l'usine Nexter de Roanne (Loire), six canons Caesar flambant neufs ont été produits en un temps record pour remplacer ceux céd...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *