dimanche, avril 14L'actualité des entrepreneurs

Discrétion et trublions: cinq choses à retenir de la Paris Fashion week

Si la sobriété est le mot d’ordre de la Fashion week parisienne, quelques attitudes et détails viennent troubler cette fête de bienséance qui s’achève mardi:

– Veste –

Défilé Dior à Paris, le 26 septembre 2023 (AFP – Bertrand GUAY)

Bien coupée et en couleurs classiques (beige, gris, bleu marine ou noir), elle symbolise une nouvelle élégance, souvent en tailleur avec jupe, pantalon ou bermuda.

Elle est allongée et plutôt droite façon masculine chez Dior, oversize à double boutonnage ou longue en satin duchesse évoquant les manteaux d’opéra chez Givenchy.

Victor Weinsanto dote sa veste d’une capuche, Dries Van Noten la fait notamment en denim, soit rétrécie, soit aux volumes exagérés. Peter Do joue avec les proportions avec sa veste raccourcie ou bicolore.

Noire avec de gros boutons dorés, elle est rétro chez Balmain, évoquant « la jolie Madame » des années 40.

Défilé Issey Miyake à Paris, le 29 septembre 2023 (AFP – Miguel MEDINA)

Balenciaga fait de la confection de la veste de tailleur une idée obsessionnelle de son défilé, tout en avertissant: « Ce n’est pas la veste que vous portez qui compte, mais la vie que vous menez en la portant ».

Même la marque japonaise Issey Miyake s’y met, dans son désir de structurer le vent dans un vêtement: son tailleur-pantalon est un ensemble volumineux avec des épaules triangulaires surdimensionnées, en tissu léger et extensible, en noir, rose ou bleu électrique.

– Fleurs –

Défilé Balmain à Paris, le 27 septembre 2023 (AFP – JULIEN DE ROSA)

Fleurs imprimées, brodées, sculptées: Balmain en a mis plein la vue dans sa collection colorée et exubérante, que l’équipe a réussi à reconstituer une dizaine de jours après le vol inédit de 50 pièces destinées au défilé.

Plus discrètement chez Givenchy, les fleurs se manifestent dans les broderies, les motifs peints à la main, les imprimés, jusqu’aux bijoux.

Le motif mille-fleurs, caractéristique de Dior, se mue en une radiographie florale contrastée en blanc et noir.

Les robes longues à fleurs tranchent avec les ensembles noirs chez Balenciaga.

– Culotte –

Défilé Dries Van Noten à Paris, le 27 septembre 2023 (AFP – Miguel MEDINA)

A bas les jupes et les pantalons, on se balade en culotte ! Miu Miu l’a préconisé en hiver, les célébrités comme Hailey Bieber ou Kendall Jenner l’expérimentent dans la vraie vie et les podiums parisiens se l’approprient.

Un body noir jouant la transparence est un look à part chez Dior.

La photo teaser de Chanel, qui présentera sa collection au dernier jour de la Fashion week mardi, est la mannequin Rianne Van Rompaey en maillot de bain une pièce dans le jardin de la villa Noailles, chef d’oeuvre de l’architecture moderniste à Hyères, dans le sud de la France.

Les danseuses classiques de Victoria Beckham sortent en body sous un cardigan légèrement plus long. Chez Dries Van Noten, des tenues aux allures de maillots de bain se cachent sous de longs manteaux.

Chez Marie Adam-Leenaerdt, c’est une réflexion: est-ce « le paréo (qui) s’intègre au maillot, ou le maillot qui se transforme en vêtement » ?

– Talons-chaussettes –

Défilé Givenchy à Paris, le 28 septembre 2023 (AFP – Miguel MEDINA)

Auparavant fashion faux pas, désormais élément de style: les sandales ou les chaussures à talons s’enfilent sur des chaussettes.

Chez Givenchy, les bas au genou ton sur ton ou colorés se portent par dessus les escarpins, avec des tailleurs formels et robes du soir.

Victoria Beckham associe talons et jambières de danseuse.

« J’aime bien cette allure +je m’en fous+ », déclare à l’AFP Dries Van Noten, chez qui les escarpins aux pointes exagérées et talons incurvés se portent avec des chaussettes. « Ce n’est pas le moment d’être triste et sérieux ».

– Humour –

Les défilés dégagent en effet une bonne dose d’ironie et d’autodérision.

Rick Owens a organisé son bal des monstres autour de la fontaine du palais de Tokyo, avec de la fumée rose et jaune fluo d’un côté et des pétales de roses de l’autre. Tels des zombies, le visage voilé par une sorte de masque d’apiculteur et les épaules tirées vers le haut, les mannequins ont évolué au son de « I still believe in love ».

Profil bas après la polémique sur une publicité sexualisant des enfants, le styliste de Balenciaga, Demna, a retrouvé le sens du spectacle et de l’humour, tournant en dérision sa promesse de se concentrer sur le vêtement. Des explications envahissantes sur le processus de confection d’une veste accompagnées d’une musique dramatique ont servi de fond sonore au défilé, sur un podium carré rouge bordé de rideaux en velours assortis.

« Let’s go to the beach! » Des looks gris, formels et structurés, accessoirisés avec d’immenses sacs, ont ouvert le défilé de Marie Adam-Leenaerdt, après une invitation chantée à aller à la plage.

source

Vous pourriez également aimer ceci :

Les prix de la viande rouge s'envolent aux Etats-Unis, en manque de boeufs

Les prix de la viande rouge atteignent des records aux Etats-Unis, dopés par une consommation qui ne faiblit pas, mais surtout par la réduction progressive du cheptel...

La Bourse de Paris entame la semaine dans le vert

La Bourse de Paris a rebondi de 0,44% lundi, rassurée par des taux d'intérêt qui sont redescendus de leurs sommets et un repli des prix du pétrole, avant une semain...

En pleine ascension, Sephora "rêve" de franchir le cap des 20 milliards d'euros de ventes

Le distributeur de cosmétiques Sephora, qui rouvre vendredi son "vaisseau amiral" sur les Champs-Elysées après plusieurs mois de travaux, rêve désormais de franchir ...

Taux: la BCE fait une pause mais surveille toujours l'inflation

La Banque centrale européenne (BCE) a laissé ses taux inchangés jeudi, après dix hausses d'affilée, prévenant que les risques inflationnistes, accentués par la g...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *