mercredi, mai 29L'actualité des entrepreneurs

Dans le Pas-de-Calais, nouvelles inondations avec le retour de la pluie

Le retour de la pluie gonfle de nouveau les cours d’eau lundi dans le Pas-de-Calais, touché par des inondations à répétition pendant deux semaines, où le ministre Bruno Le Maire a annoncé une prise en charge des relogements pendant six mois.

Le Pas-de-Calais est repassé à l’orange pour crues, Vigicrues indiquant que « les précipitations de ce lundi ont fait repartir à la hausse le niveau des cours d’eau », avec des risques de nouveaux « débordements dommageables ».

Le département a enregistré « des cumuls de l’ordre de 15 à 30 mm sur 24 heures », indique la préfecture du Pas-de-Calais, et de nouvelles précipitations sont attendues mardi, « de moindre ampleur qu’aujourd’hui ».

« Ça fait 10 jours que la maison de mes parents est sous l’eau, tous les hangars, toutes les serres sont sous l’eau », peste Sylvain Dewalle, agriculteur à Saint-Omer. Il a sauvé ses animaux mais perdu plusieurs hectares de légumes, noyés: « de la mâche, du poireau… »

Le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, qui a appelé les assureurs à ne pas « pinailler, » a annoncé que les frais de relogement de « plusieurs milliers » de sinistrés concernés seraient « à la charge de l’Etat et des assureurs » pendant six mois, à partir de fin novembre. Cette prise en charge s’appliquera « de manière rétroactive afin de couvrir les inondations des derniers jours », précise Bercy.

Bruno Le Maire a également promis que l’ensemble des expertises d’assurances seraient effectuées d’ici au 4 décembre, pour les particuliers comme les entreprises.

Afin de fluidifier les démarches, les assureurs ont mis en place « la possibilité d’évaluer les dommages à distance » via une « visio-expertise » et « un processus digitalisé de collecte d’informations », souligne dans un communiqué France Assureurs.

Le département a voté lundi une aide, commune avec la Région, de 380 euros par foyer visant à couvrir la franchise d’assurance pour les habitants des communes classées en catastrophes naturelles.

Les inondations, qui ont fait cinq blessés depuis le 6 novembre, ont touché 6.000 habitations, 160 commerces, 130 entreprises et 53 exploitations agricoles selon la préfecture.

Près de 900 pompiers et sauveteurs sont toujours mobilisés lundi, essentiellement dans le Pas-de-Calais, indique la préfecture de la zone Nord.

– « Toujours 30 cm d’eau » –

Après deux semaines de précipitations record entraînant une série de crues historiques, l’accalmie du week-end a enclenché une décrue et permis à la Croix-Rouge de fermer ses centres d’hébergement d’urgence.

Si l’épisode pluvieux de lundi n’est « pas du tout exceptionnel », selon Météo France, les sols toujours gorgés d’eau rendent les cours d’eau très sensibles.

Des « débordements dommageables » – mais de moindre importance que ceux des deux dernières semaines – sont envisagés à partir de la fin de soirée lundi, notamment sur la Hem et l’Aa puis sur la Canche, trois des six cours d’eau en vigilance orange, a précisé Vigicrues à l’AFP.

« On a toujours 30 cm d’eau partout, ça a baissé mais ça reste, et les 30 derniers centimètres, je pense qu’on va mettre longtemps à les perdre », a témoigné lundi matin Ulysse Toulet, boulanger à Montreuil-sur-Mer, dont la boutique, le fournil et le logement ont été envahis par 1,20 m d’eau au plus fort des crues. « Il y a encore une semaine de pluie qui déboule », soupire-t-il, en attendant l’expert de son assurance.

Pour faciliter l’évacuation des eaux vers la mer, deux pompes néerlandaises d’une capacité de 5.000 m3/h sont en cours d’installation près de Dunkerque (Nord), a indiqué la préfecture des Hauts-de-France. Actuellement, les 42 pompes à grand débit déployées permettant de pomper 65.360 m3/h dans le Pas-de-Calais et le Nord.

Un total de 181 communes dans le Pas-de-Calais et de 24 dans le Nord ont déjà été reconnues en état de catastrophe naturelle. Une nouvelle réunion de reconnaissance de catastrophe naturelle est prévue cette semaine.

5.200 personnes subissent toujours des restrictions d’usage de l’eau, et 45 foyers sont encore privés d’électricité.

S’ils constituent des phénomènes naturels, les inondations, cyclones et sécheresses peuvent être amplifiés par le réchauffement climatique généré par les activités humaines.

source

Vous pourriez également aimer ceci :

Face au ralentissement de la croissance, Spotify supprime un emploi sur six

Le numéro mondial des plateformes audio Spotify a annoncé lundi une réduction de ses effectifs d'"environ 17%", soit quelque 1.500 personnes, afin de réduire ses co...

La Bourse de Paris débute la semaine dans le calme

La Bourse de Paris a ouvert en baisse de 0,20% lundi, reprenant son souffle après un mois de novembre de nets gains, en attendant la publication de plusieurs indicateu...

Concurrence: l'IA est un potentiel "musée des horreurs", selon l'antitrust français

"L'intelligence artificielle a le potentiel de devenir le musée des horreurs de l'antitrust si on ne fait rien", a déclaré jeudi Benoit Coeuré, le président de l'A...

Wall Street conclut en ordre dispersé son meilleur mois de l'année

La Bourse de New York a conclu en ordre dispersé jeudi la dernière séance de novembre, le meilleur mois de l'année jusqu'ici pour les indices. L'indice Dow Jones a...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *