mercredi, février 28L'actualité des entrepreneurs

Climat: les stations de ski européennes très vulnérables au manque de neige, selon une étude

Le changement climatique en cours représente un défi considérable pour les stations de ski européennes, et cela même si elles recourent à la neige artificielle, laquelle génère par ailleurs des problèmes de consommation d’eau et d’énergie, selon une étude parue lundi.

La moitié des stations de ski du monde sont situées en Europe, où elles génèrent un chiffre d’affaires annuel de plus de 30 milliards d’euros et représentent une manne très importante pour les économies locales, même si cela ne représente que 3% des recettes globales directes liées au tourisme en Europe, relève cette étude parue lundi dans la revue scientifique Nature Climate Change.

Ses auteurs ont étudié 2.234 stations situées dans 28 pays européens différents, allant de la Turquie à l’Islande en passant par les Balkans, la Scandinavie, les Carpates et les Alpes avec deux scénarios, l’un supposant un réchauffement global de 2°C et l’autre de 4°C.

Europe : les stations de ski menacées par le réchauffement climatique (AFP – Valentin RAKOVSKY, Sabrina BLANCHARD)

« Cette étude montre que dans toutes les régions montagneuses d’Europe, le changement climatique à venir va conduire à des conditions de neige dégradées par rapport aux décennies précédentes, même si elles varieront d’une région à l’autre et à l’intérieur des régions », note l’un des auteurs, Samuel Morin, chercheur en physique de la neige.

Sans recours à la neige de culture, il apparaît que 53% des stations feraient face à un risque « très élevé » de manque de neige si la hausse était de 2°C. Avec une hausse de 4°C, c’est presque la totalité des stations (98%) qui se retrouvent dans cette situation.

En recourant à la production de neige artificielle, la proportion de stations à risque baisserait à 27% (hausse de 2°C) et 71% (4°C).

Mais la neige de culture a « peu d’effet » dans les domaines à faible altitude ou situés trop au sud, les températures trop élevées ne permettant pas de fabriquer de la neige de manière efficace.

Par ailleurs, la fabrication de neige peut elle-même contribuer à l’accélération du changement climatique en raison de la forte demande en énergie qu’elle induit, relève l’article. Elle se traduit également par une hausse de la demande en eau, souligne-t-elle.

Au final, le principal message de l’étude aux décideurs, « c’est que oui, la production de neige peut accompagner l’adaptation des stations de sport d’hiver et avoir un effet direct sur la capacité d’exploitation des domaines skiables. Mais cette solution n’est pas générique, ce n’est pas une solution miracle qu’on va pouvoir appliquer partout de manière systématique », explique à l’AFP l’auteur principal de l’étude, le chercheur grenoblois Hugues François.

« Le plus important à prendre en compte c’est l’hétérogénéité » des cas, y compris à l’intérieur d’un même massif, souligne-t-il. L’enjeu pour les décideurs est d' »aller vers des politiques plus ciblées ».

En France, par exemple, « les remontées mécaniques sont un service public », ce qui fait que « le ski, c’est très politique ». « Il y a peu de régions en Europe dans lesquelles la puissance publique intervient de manière aussi forte qu’en France ».

A ce modèle, la Suisse et l’Autriche, deux autres grands pays de ski, préfèrent des « formes d’aménagement pilotées par des syndicats locaux, de droit privé, avec une approche souvent plus pragmatique et sur le terrain des choses », estime-t-il.

source

Vous pourriez également aimer ceci :

Le soleil brille sur l'énergie albanaise

La terre est salée, le soleil tape, et dans quelques semaines les 234.828 panneaux solaires de la centrale de Karavasta seront branchés au circuit électrique. Et l'A...

Les éleveurs du Sud-Ouest inquiets face à la maladie hémorragique épizootique

Inquiets mais pas "affolés", des éleveurs du sud-ouest de la France demandent du soutien à l'Etat face à l'avancée de la maladie hémorragique épizootique (MHE), ...

La SNCF et Alstom poursuivent les essais du TGV nouvelle génération

Le futur TGV M, cinquième génération des trains à grande vitesse conçue par Alstom pour la SNCF, qui pourra transporter davantage de voyageurs en consommant moins ...

Au Luxembourg, l'apprentissage douloureux d'une agriculture sans glyphosate

Sans glyphosate, "c'est beaucoup plus de travail et d'énergie": dans ses vignes, le Luxembourgeois Roger Demuth a dû abandonner pendant deux ans l'herbicide controver...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *