mercredi, février 28L'actualité des entrepreneurs

Climat: Greenpeace accuse les pétroliers européens de ne "rien faire" pour la transition

Greenpeace accuse les gaziers et pétroliers européens de ne « rien faire » pour la transition énergétique et de « ne pas respecter du tout leurs engagements climatiques », appelant les gouvernements à les contraindre à arrêter leur production d’énergie fossile pour sauver le climat.

« Les compagnies européennes de pétrole et de gaz ne sont pas du tout engagées dans la transition » même, si « elles prétendent l’être », a déclaré à l’AFP Jakub Gogolewski de Greenpeace. Celui-ci présentait, en pleine canicule, l’analyse d’un rapport de 110 pages écrit par un politologue allemand spécialisé dans l’énergie, Steffen Bukold.

Selon ce rapport qui compile les résultats 2022 de douze groupes européens, dont BP, TotalEnergies et Shell, seulement 0,3% de leur production totale a été effectuée dans le domaine des énergies renouvelables.

En moyenne, « seulement 7,3% des investissements » des 12 entreprises ont porté sur les énergies vertes, alors que 92,7% ont financé des activités liées aux énergies fossiles comme le gaz et le pétrole qui émettent du CO2 et réchauffent le climat, dénonce l’ONG environnementale. « Et la situation a empiré en 2023 ».

La majorité des compagnies pétro-gazières européennes prévoient « de maintenir, voire d’augmenter leur production de pétrole et de gaz au moins jusqu’en 2030 », alors qu’elles se sont pour la plupart engagées à supprimer leurs émissions de CO2 d’ici 2050, note l’ONG.

Des membres de Greenpeace manifestent contre l’industrie et les énergies fossiles, le 22 août 2023 à La Défense, près de Paris (AFP – Alain JOCARD)

Sous le slogan, « le thermomètre explose, merci à l’industrie fossile », quelques militants ont d’ailleurs construit mardi un faux derrick de pétrole dans le quartier d’affaires de la Défense, aux portes de Paris, où se situe le siège de TotalEnergies.

Comme cela avait été fait pour le charbon, l’ONG appelle les gouvernements européens à réguler l’activité des énergéticiens pour les obliger à « réduire » leur propre industrie, car « l’auto-régulation ne fonctionne pas ». Elle souhaite ainsi que les Etats et la Commission fixent « un objectif obligatoire de réduction de la consommation de pétrole », a indiqué M. Gogolewski.

Le rapport intitulé « La sale douzaine », compile les données des rapports annuels 2022 de six majors internationales du pétrole basées en Europe, à savoir Shell (Grande-Bretagne-Pays-Bas), TotalEnergies (France), BP (Grande-Bretagne), Equinor (Norvège), Eni (Italie) et Repsol (Espagne) et de six compagnies pétrolières ou gazières nationales (OMV (Autriche), PKN Orien (Pologne), MOL (Hongrie), Wintershall Dea (Allemagne, filiale de BASF), Petrol Group (Slovenie) et Ina Croatia (Croatie).

source

Vous pourriez également aimer ceci :

Le soleil brille sur l'énergie albanaise

La terre est salée, le soleil tape, et dans quelques semaines les 234.828 panneaux solaires de la centrale de Karavasta seront branchés au circuit électrique. Et l'A...

Les éleveurs du Sud-Ouest inquiets face à la maladie hémorragique épizootique

Inquiets mais pas "affolés", des éleveurs du sud-ouest de la France demandent du soutien à l'Etat face à l'avancée de la maladie hémorragique épizootique (MHE), ...

La SNCF et Alstom poursuivent les essais du TGV nouvelle génération

Le futur TGV M, cinquième génération des trains à grande vitesse conçue par Alstom pour la SNCF, qui pourra transporter davantage de voyageurs en consommant moins ...

Au Luxembourg, l'apprentissage douloureux d'une agriculture sans glyphosate

Sans glyphosate, "c'est beaucoup plus de travail et d'énergie": dans ses vignes, le Luxembourgeois Roger Demuth a dû abandonner pendant deux ans l'herbicide controver...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *