dimanche, avril 14L'actualité des entrepreneurs

C'est la fin du malus de 10% sur les retraites

La suppression du malus, décote de 10% qui s’applique pendant trois ans aux retraites complémentaires de nombreux salariés du privé, est quasiment actée, ont avancé mercredi plusieurs syndicats, mais le patronat n’a pas encore donné son accord. Les partenaires sociaux étaient réunis pour une troisième séance de négociations hebdomadaires, en vue de définir, d’ici le 4 octobre, un nouvel accord-cadre sur les règles de pilotage et le niveau des pensions de l’Agirc-Arrco, le régime des retraites complémentaires des salariés du privé, pour la période 2023-2026.

« A partir du 1er décembre, il n’y aura plus » de décote de 10%, a dit le négociateur de la CFDT, Yvan Ricordeau, à la sortie de ce round de la réunion. La mesure « n’a pas été actée officiellement aujourd’hui mais il n’y a pas d’autre hypothèse » sur la table et « toutes les projections travaillées aujourd’hui intègrent la fin du malus », a-t-il résumé, un sentiment partagé par l’ensemble des syndicats présents.

Lire aussiSalaires, économie : l’intersyndicale va appeler à la mobilisation le 13 octobre

La réforme des retraites à l’origine de la caducité du malus ?

Cette pénalité, instaurée en 2019 dans une période de finances tendues, visait à inciter les salariés à travailler un an de plus (jusqu’à 63 ans) alors même qu’ils remplissaient les conditions légales pour partir à taux plein. A défaut, ils voyaient leur pension amputée de 10% pendant trois ans. Un système de bonus s’appliquait pour ceux travaillant deux à quatre ans supplémentaires. Mais la réforme des retraites et le décalage progressif de l’âge légal à 64 ans ont rendu ce malus caduque selon les syndicats, qui font de sa suppression une ligne rouge.

Lire aussiLes patrons se cabrent avant la rentrée fiscale

Le coût de cette suppression est estimé entre 7,3 et 8,2 milliards sur quinze ans, selon le nombre de personnes qui en bénéficieraient. Le Medef « n’est pas arc-bouté » là-dessus, a déclaré la cheffe de file du patronat Diane Milleron, sans se prononcer définitivement. Mais « l’objectif premier c’est de sécuriser la situation financière globale » et « chaque curseur » doit être regardé comme « une partie d’un tout ».Les modalités restent à affiner: plusieurs syndicats réclament une suppression pour tous, y compris les quelque 700.000 retraités déjà partis avec la décote, d’autres préfèrent restreindre la mesure aux retraités concernés par la réforme, entrée en vigueur en septembre.

(avec AFP)

source

Vous pourriez également aimer ceci :

Sanofi se sépare de son pôle de santé Grand Public et prépare un plan d'économies

Sanofi va se séparer de sa division Santé Grand Public (Doliprane, Mucosolvan...) en la cotant séparément en Bourse en 2024 pour se concentrer sur de nouveaux relai...

L'exécutif remplace le président du Conseil d'orientation des retraites

Le gouvernement a décidé de remplacer le président du Conseil d'orientation des retraites (COR) Pierre-Louis Bras, dont il avait critiqué les rapports pendant la tr...

Wall Street en ordre dispersé digère de multiples résultats

La Bourse de New York évoluait en ordre dispersé jeudi, déçue par les résultats d'Alphabet alors qu'une salve de résultats dans les secteurs de la technologie et ...

Dette: Fitch maintient la note de la France, Le Maire "totalement déterminé" à rétablir les finances

Après Moody's la semaine dernière, l'agence de notation Fitch a maintenu vendredi la note de la France, six mois après l'avoir dégradée, tout en s'inquiétant du n...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *