mercredi, février 28L'actualité des entrepreneurs

Airbnb à Paris: moins d'infractions, mais des amendes plus lourdes

Le nombre d’amendes infligées aux propriétaires parisiens ne respectant pas la réglementation locale sur les locations Airbnb baisse depuis 2021, mais leur montant est plus lourd, signe pour la mairie que son système « fonctionne » et que « le juge est de plus en plus sévère ».

Depuis 2021, année marquée par une importante victoire de la mairie, quand la Cour de cassation avait jugé sa réglementation conforme au droit européen, la Ville de Paris a obtenu environ 6,5 millions d’euros d’amendes auprès du tribunal judiciaire, indique-t-elle à l’AFP, confirmant une information de Franceinfo.

Mais cette recette est en train de fondre, s’établissant à 535.000 euros sur les sept premiers mois de 2023, pour 65 dossiers jugés, contre 3,5 millions en 2021 et 2,5 millions en 2022, année où 370 dossiers avaient été traités.

« L’arsenal réglementaire » de la Ville « fonctionne, il y a moins d’infractions », se félicite cette dernière, soulignant toutefois que « les chiffres élevés de contentieux en 2021 et 2022 étaient dus à la reprise des 400 dossiers en sursis à statuer » dans l’attente d’une décision de la Cour de justice de l’Union européenne.

Dans le même temps, le montant moyen des amendes s’est élevé: de 15.000 euros en 2022 en première instance (22.000 en appel), il s’établit désormais à 20.000 euros (31.000 en appel) cette année.

« Les tribunaux sont plus sévères », estime Ian Brossat, l’adjoint au logement pour qui « les juges partent maintenant du principe que ceux qui fraudent le font en connaissance de cause ».

Un propriétaire « multi-loueur » du XVIe arrondissement de Paris a même écopé de l’amende maximale prévue de 50.000 euros, une sanction inédite, souligne M. Brossat.

Les propriétaires condamnés le sont pour « absence de numéro d’enregistrement ou location d’une résidence secondaire sans compensation », rappelle l’élu communiste.

A Paris, où se loger est une gageure, seules les résidences principales peuvent être louées librement comme meublés touristiques, à condition de les déclarer en mairie et dans une limite de 120 jours par an.

La location en meublé touristique d’une résidence secondaire doit elle faire l’objet d’un changement d’usage très contraignant, avec une obligation de compensation par la location en logement classique d’une surface équivalente, voire double ou triple selon les zones.

source

Vous pourriez également aimer ceci :

Climat: TotalEnergies visé par une plainte au pénal pour des projets pétroliers en Tanzanie et Ouganda

TotalEnergies de nouveau dans le viseur des associations pour "climaticide": quatre associations de défense de l'environnement ont déposé plainte contre le groupe et...

Zouari négocie le contrôle de Picard en 2024

Moez-Alexandre Zouari n'a pas dit son dernier mot. Ancien candidat à la reprise de Casino au sein du véhicule 3F avec Xavier Niel et Matthieu Pigasse, l'actionnaire ma...

Discrétion et trublions: cinq choses à retenir de la Paris Fashion week

Si la sobriété est le mot d'ordre de la Fashion week parisienne, quelques attitudes et détails viennent troubler cette fête de bienséance qui s'achève mardi: - ...

Allemagne: la récession en 2023 sera plus forte que prévu

Les principaux instituts de conjoncture allemands ont nettement abaissé jeudi leur prévision pour 2023, le Produit intérieur brut de la première économie européen...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *