mercredi, mai 29L'actualité des entrepreneurs

A Roanne, la production du canon Caesar passée en "économie de guerre"

Alignés dans un hall de production de l’usine Nexter de Roanne (Loire), six canons Caesar flambant neufs ont été produits en un temps record pour remplacer ceux cédés à l’Ukraine, illustration affichée par le ministre des Armées du passage à une « économie de guerre ». La commande passée par la France remonte à juillet 2022. Quinze mois plus tard, les camions porteurs du redoutable canon de 155 mm capable de tirer six obus à 40 kilomètres en moins d’une minute commencent à sortir des lignes de production.

L’intégralité des 30 Caesar qui doivent remplacer ceux cédés par la France ou vendus à Kiev depuis l’invasion du pays par la Russie – six autres ont été commandés par l’Ukraine fin septembre – arriveront dans les forces françaises « avant la fin de l’année », selon le chef d’état-major de l’armée de Terre, le général Pierre Schill.

Pour cela, Nexter, société du groupe franco-allemand KNDS, s’est mis en ordre de bataille pour répondre à la nécessité de produire davantage et plus vite, exigée par Emmanuel Macron, afin de pouvoir faire face à la dégradation de la situation internationale et à la guerre en Ukraine.

Lire aussiFrance : l’industrie de la défense en mode économie de guerre?

« Nous avons été obligés de nous réinventer, de bousculer nos modes de réflexion, nos modes d’action, d’innover, de faire preuve d’audace », relate Nicolas Chamussy, directeur général de Nexter, à l’occasion d’une visite de Sébastien Lecornu. « Notre capacité de faire l’économie de guerre n’était pas qu’un slogan », se félicite à ses côtés le ministre des Armées, rappelant que « la guerre en Ukraine était venue bousculer le modèle ».

La production du Caesar est passée de 30 à 15 mois et la cadence de deux par mois à six mensuels, avec la possibilité d’en produire huit mensuels « en fonction des commandes ». L’entreprise avait acheté par anticipation pour 300 millions d’euros de matières premières afin d’éviter ainsi d’éventuelles ruptures d’approvisionnement et lancé la production de plus d’une dizaine de Caesar sur fonds propres, sans attendre les commandes.

Méthodes inspirées de l’automobile

Dans son usine historique de Roanne, cœur de la production de véhicules blindés en France, Nexter a investi 62 millions d’euros depuis 2018. Les effectifs sont passés de 830 à 1.485 salariés pour produire la nouvelle génération de blindés français du programme Scorpion (300 Jaguar, 1.818 Griffon et 2.038 Serval à livrer d’ici 2.035).

Dans son usine historique de Roanne, cœur de la production de véhicules blindés en France, Nexter a investi 62 millions d’euros depuis 2018 et les effectifs sont passés de 830 à 1.485 salariés pour produire la nouvelle génération de blindés français du programme Scorpion. (AFP – OLIVIER CHASSIGNOLE)

La production a été repensée sur le modèle de l’industrie automobile : plutôt qu’être assemblé en un poste unique, le blindé passe d’une station à une autre, avec des tâches bien précises à chaque étape. De 300 véhicules par an, la production doit passer à 450 en 2025.

Cette montée en puissance profite aussi au Caesar. Sur sa ligne de production dédiée, un système est en cours d’assemblage sur chacune des quatre stations : pose du réservoir hydraulique sur le châssis produit par Arquus, pose de l’affût du canon, puis intégration du tube de 8 mètres long et de la caisse de munitions avant l’étape finale des essais statiques.

Lire aussi3,3 milliards d’euros de plus pour les armées : où va aller l’argent ?

De l’autre côté de l’allée, une autre chaîne en parallèle s’occupe de l’assemblage de l’affût du canon. Mis en avant en Ukraine, le canon automoteur se vend bien : plus de 350 exemplaires à neuf pays, parmi lesquels l’Arabie saoudite, la République tchèque ou l’Indonésie. Et cela n’est peut-être pas fini. « Je suis en train de discuter avec d’autres pays qui nous posent la question du prix, mais aussi du délai de livraison », confie Sébastien Lecornu.

Pour les munitions du Caesar également, Nexter s’efforce de passer à l’économie de guerre : la production annuelle de 60.000 obus doit augmenter de 50% l’an prochain et doubler en 2025. Cela a permis à la France « de tripler le rythme de livraison de munitions à l’Ukraine, passant de 1.000 obus de 155 mm par mois au début de l’année à 3.000 début 2024 », a confié Sébastien Lecornu dans un entretien aux journaux du groupe Ebra.

(avec AFP)

source

Vous pourriez également aimer ceci :

Inflation: la France devient la mauvaise élève de la zone euro

Haro sur les prix alimentaires. L’Assemblée nationale devrait adopter, ce mardi 14 novembre en fin de journée, la loi permettant d’avancer du 1er mars au 31 janvier...

Vuitton: Nicolas Ghesquière reste directeur artistique des collections femme

Le styliste Nicolas Ghesquière reste aux commandes des collections féminines de la maison Louis Vuitton, qui a renouvelé son contrat après dix ans passés à ce pos...

Ces chiffres inquiétants sur la pauvreté en France

9,1 millions de personnes sous le seuil de pauvretéLe taux de pauvreté a en effet augmenté de 0,9 point en 2021, passant de 13,6 % à 14,5 %, selon l’Insee. Au tota...

Protection des consommateurs: l'UE ouvre une enquête visant Amazon

La Commission européenne a annoncé mercredi avoir ouvert une enquête sur les mesures mises en oeuvre par le géant du commerce en ligne Amazon pour protéger les con...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *